fbpx

T’es-tu déjà sentie coupable ? Et tu n’arrives pas à t’en débarrasser ?

Il arrive parfois que nous culpabilisons tellement que cela nous empêche d’être nous-même, voir pire : de rester dans le passé et ne plus profiter de notre vie, ici et maintenant !

Par exemple, elle peut intervenir quand :

  • – Tu fuis une situation : « je n’aurais pas dù faire ça, que vont-ils penser de moi ? » Blessure du rejet
  • – Tu dis des choses sous le coup du « ras-le-bol » : « oh zut, elle va m’en vouloir, je n’aurais pas dù dire ça ! » Blessure d’abandon
  • – Tu manges trop : « j’ai trop mangé, je n’aurais franchement pas du« . Blessure d’humiliation
  • – Tu sens la culpabilité mais tu ne veux pas la voir : « Elle veut me faire culpabiliser mais elle n’y arrivera pas ! » Blessure de trahison
  • – Tu as l’impression de ne pas avoir été équitable : « J’ai donné plus à mon fils qu’à ma fille, c’est inacceptable ! » Blessure d’injustice

Dans cet article, tu vas apprendre à :

  • – Connaitre la culpabilité
  • – Savoir à quoi elle sert
  • – Avoir des conseils simples pour ne plus culpabiliser 

La culpabilité, c'est quoi ?

Voici la définition trouvée sur le site : www.psychologies.com

« Sentiment plus ou moins diffus de commettre une faute

Nécessaire à toute vie sociale mais parfois douloureux et contraignant, le sentiment de culpabilité est l’impression de ne pas être juste, d’avoir, en fantasme  ou réellement, enfreint un tabou, de nourrir un désir défendu, d’avoir eu un comportement coupable face à telle personne ou telle situation. Il en naît une forte angoisse et une tendance à l’autoaccusation. »

Il est bon de comprendre que la culpabilité est une Emotion. En soit, c’est une réaction chimique de notre corps face à ce qu’il se passe dans notre vie.

Dans ce cas, nous ne pouvons « contrôler » la culpabilité.

En fait, bien souvent, nous voyons la culpabilité comme si nous étions devant un tribunal pour être jugée devant une cour. Nous sommes là et imaginons toutes les personnes nous regarder en disant « ce n’est pas bien ! Tu n’aurais pas du ! » et parfois même, nous allons jusqu’à nous fixer une punition…

Hors, la culpabilité est juste un signal d’alarme pour nous montrer que ce que nous vivons est en désalignement avec nous même. En clair, nous ne sommes pas alignées avec nos valeurs profondes (liste des valeurs)

Et tu peux comprendre ici toute l’utilité de cette émotion dans ta vie. Elle te dit : »Regarde, ça ne te convient pas ». Ainsi, tu peux te demander comment repartir sur le bon chemin (chemin aligné avec la toi puissante et illimitée)

Remarque : c’est en totale cohérence avec mes services qui te guident sur l’apprentissage du SOI, connaitre ses valeurs et éveiller sa puissance intérieure. (mes services)

Le danger de la culpabilité réside dans le fait de refouler tellement cette émotion qu’elle devient omniprésente, à telle point qu’elle en devient TOXIQUE. Elle t’empêche intégralement d’avancer dans ta vie car elle te maintient dans ce sentiment de culpabilité lié à une situation passée.

Alors comment vivre en toute sérénité ? Comment se débarrasser de ce sentiment ?

1. Prendre conscience de la culpabilité

La première étape ultime va consister à prendre conscience de notre culpabilité.

Comme je l’ai dit précédemment, c’est une émotion que l’on souhaite refouler, ne pas voir et mettre un mouchoir dessus. 

La refouler, c’est être dans la non conscience de l’émotion elle-même et la réfuter. Comme lorsque la blessure de trahison accuse l’autre d’essayer de la faire culpabiliser. Au fond, elle met bien le mot sur ce qu’elle ressent : de la culpabilité.

Imaginons :

Ginette t’envoie un message. Elle est déçue que tu ne sois pas venue à son anniversaire : « Salut, un message pour te dire que je suis déçue que tu ne sois pas venue me voir pour mon anniversaire. J’espère que tu vas bien. Bisous »

Toi, tu culpabilises et pour ne pas perdre la face, tu te dis « elle essaye de me faire culpabiliser, mais je ne lâcherais pas !« . Au fond, si tu ne culpabilisais pas, tu pourrais réagir avec écoute et compréhension. Mais te sentant blessée à ton tour, il y a de fortes chances pour que tu réagisses avec émotion quitte à blesser, de nouveau, la personne que tu as à l’autre bout de ton téléphone.

Hors, ne souhaites-tu pas obtenir des relations saines et sereines avec les personnes que tu aimes ?

Pour cela, il est bon de reprendre tes responsabilités et de reconnaître que tu vis une émotion qui s’appelle « culpabilité » et ensuite de passer à l’étape suivante.

2. Accueillir et accepter l'émotion de culpabilité

Une fois que tu as reconnu ta responsabilité et pris conscience de ton émotion de culpabilité, je t’invite à l’accueillir à bras ouvert.

Accueillir une émotion te demande de faire une introspection. Pour cela :

– Installe-toi dans un endroit calme où tu ne seras pas dérangée durant 15 min environ

– Repense à la situation où tu as vécu ton émotion de culpabilité

– Ferme les yeux et observe comment l’émotion arrive dans ton corps

– Est-ce que l’émotion arrive du haut du corps ? du bas ? dans quelle partie du corps se déclanche-t-elle ? Comment elle âgit en toi ?

– Comment te fait-elle agir dans la situation donnée ? Laisse les images défilées tout en observant tes sensations corporelles jusqu’à ne plus rien ressentir

Prend le temps de bien ressentir l’émotion jusqu’à la connaitre par coeur.

Accorde-toi ce temps. Bien souvent, l’erreur que nous commettons est de ne pas se livrer à ce genre de processus. Aussi bien, que l’émotion revient et que nous ne sommes pas en capacité de la reconnaitre. Ou alors nous la reconnaissons mais nous sommes toujours dans l’inacceptation.

NB: Avoir une émotion ne veut pas dire de toi que tu es l’émotion !

Ce n’est pas parce que tu as une émotion de culpabilité que tu es forcément coupable de quelque chose !

Demande-toi si tu as faire exprès de blesser l’autre ? As-tu fait exprès de te blesser toi-même ? Si la réponse est positive (ce qui peut arriver comme nous l’avons vu avec la blessure d’abandon qui vit une émotion de colère) alors, il est bon de demander pardon et aussi de te pardonner (cf, c’est le chemin de libération émotionnelle que j’utilise dans mes services).

En fait, nous sommes humains et nous ne contrôlons pas nos émotions. Si j’éprouve de la colère, ça ne fait pas de moi une personne méchante. Plus je réfute cette colère et plus je la laisse prendre de la puissance à l’intérieur de moi. tout comme la culpabilité. Et plus je vis cette émotion et plus je réagis avec elle.

Accueillir et accepter son émotion va te permettre d’agir en parfait alignement avec toi-même et devenir bien plus puissante.

3. Choisir

L’étape suivante va consister à choisir un autre chemin.

Nous avons vu précédemment que l’émotion était un signal d’alarme pour nous prévenir que la situation ne nous convient pas. Nous n’avons pas agi comme nous l’aurions voulu et nous avons ce sentiment de culpabilité.

La grande question à se poser alors est : Qu‘est-ce que j’ai appris ?

Tu as forcément appris une leçon de ce que tu avais vécu. Une leçon de ce que tu appelleras une « erreur ». Hors, les erreurs sont des apprentissages. Elles sont là pour te mener sur le bon chemin pour toi en cohésion avec tes valeurs et qui tu es.

Alors demande-toi véritablement ce que tu as appris de ce qu’il s’est passé ou ce qui a fait te déclencher ce sentiment de culpabilité.

Par exemple :

Tu veux te remettre au sport et ça fait 1 semaine que tu avais prévu de faire 3 séances, mais tu n’en as fait aucune. Tu culpabilises et te juges de ne pas faire assez d’effort, d’être nulle ! (blessure du rejet)

Après avoir reconnu, accepté et recueillis l’émotion, tu te demandes alors ce que cela t’apprends. En fait, tu pourrais te demander si faire du sport te tient véritablement à cœur, si tu as bien choisi les bons moments pour toi et le bon environnement. Et peut-être qu’ainsi, ça te donnera envie de faire les choses différemment et de réussir à accomplir ton objectif qui était de refaire du sport. Ainsi, ta culpabilité s’arrête et, au contraire, tu vas être totalement reboostée par cette envie de faire les choses qui participent à ton bien-être.

Imaginons encore :

Tu as blessé une amie sur le coup de la colère. Après t’être excusée, demande toi alors pourquoi tu as agis de cette façon. Qu’est-ce que cela t’apprend sur toi ? Quelles limites ont été franchies ? Peux-tu reconnaître ses limites la prochaine fois et faire les choses différemment ?

Tu peux choisir une autre voie, à chaque instant.

Faire ce processus va te permettre de te détacher de ta culpabilité et de ton passé. Ainsi, tu vas pouvoir imaginer l’avenir et aussi, participer à ta propre évolution personnelle.

Rappelle-toi que tu es personne magnifique qui mérite d’obtenir toute l’attention du monde et principalement : ton attention. il est bon de mettre en pratique la bienveillance envers toi-même plutôt que de continuer à t‘auto flageller (blessure d’humiliation) Bien sur, tu peux aussi choisir de rester dans ton émotion et c’est aussi un choix personnel.

Prends le temps de te découvrir et de te connaître de plus en plus, au fil des jours !

Et si le cœur t’en dit, je t’invite à commencer le coaching gratuit ci-dessous et au plaisir de se rencontrer pour un accompagnement pour te faire découvrir la femme puissante et illimitée que tu es au fond de toi.