fbpx

Lorsque l’on vit nos blessures, l’annonce d’un second confinement peut raviver des émotions négatives et engager une frustration extrême, parfois du stress allant jusqu’à la dépression. Pour éviter tout cela, je te propose de me retrouver dans cet article de blog ou je te livre l’ASTUCE que tu dois connaitre si tu veux vivre mieux ton confinement 2021 !

La réaction de nos blessures

Evidemment, si tu me suis depuis un moment, tu sais que j’aime dire que « c’est de la faute de notre ego » et j’adore lui donner un prénom. Le mien s’appelle JIGA comme (giga, gigantesque… etc. mais aussi parce que c’est ego en japonais). Je t’invite d’ailleurs à réfléchir à un prénom pour ton ego, tu verras que de créer une dissociation fait énormément de bien et nous permet aussi de déculpabiliser et de guérir nos blessures avec plus de sérénité.

A l’annonce du confinement l’ego est forcément présent. Et cela donne des commentaires ou actions menés par des émotions de colère, de stress, de frustration.

Pour mieux comprendre, je te donne quelques phrases ou pensées que tu aurais pu avoir et qui se relient à une blessure de l’âme.

Blessure du rejet : « non mais je m’en fous, je n’ai pas regardé, je n’ai pas d’avis ! » La blessure du rejet rejète la situation et cherche à faire l’autruche. Elle va d’ailleurs avoir tendance à fuir la conversation car cela l’embête beaucoup… Elle peut aussi dire qu’elle n’a pas envie d’en parler et rester seule à ruminer…

Blessure de l’abandon : « Je vais encore me retrouver seule, ça va être dur, ce monde est pourri ! » La blessure d’abandon va être beaucoup dans la plainte et marque une réelle souffrance à se retrouver seule. Bien souvent, d’ailleurs, elle refusera de se retrouver en compagnie de personnes qu’elle considère comme peu structurante ou ressourçante pour elle.

Blessure d’humiliation: « Alors je dois faire ça, puis ça et encore ça… Je n’ai aucun temps libre ! » La blessure d’humiliation va se rajouter du travail et vivre les choses avec beaucoup de frustration. C’est le genre de personne à faire des to do list interminable et à dire « oui » à tout le monde sauf à elle. Elle ne prend pas le temps de se reposer et à honte de le faire. Vivre le confinement, c’est se priver de sa liberté (qu’elle n’a pas d’ailleurs !)

Blessure de trahison : « JE LE SAVAIS ! Si ça avait été moi, je peux te dire que le confinement… » La blessure de trahison va dire ce qu’elle aurait fait à la place de l’administration française comme si elle était mieux et que ses paroles valaient mieux. Cette réaction lui permet de rester forte face à l’annonce du confinement et de montrer qu’elle a confiance en elle (alors qu’elle n’a pas DU TOUT confiance en elle en réalité)

Blessure d’injustice : « Alors faudra qu’on m’explique pourquoi GIFI reste ouvert et que l’esthéticienne ferme ! » La blessure d’injustice va pointer du doigt les inégalités et ça va même la rendre militante et la mettre en colère ! Le confinement, pour elle, est un moyen de montrer que la vie pourrait être mieux si nous étions tous égaux !

L'émotion

Ce qui est intéressant de remarquer, c’est que notre ego réagit à nos émotions. En fait, il est un témoin de ce qu’il se passe à l’intérieur de nous et il cherche à nous protéger de notre mal-être et donc de nos émotions négatives.

L’ego n’est pas un ennemi, mais un allié de taille pour nous montrer ce qui ne va pas à l’intérieur de nous. Il va donc être judicieux de reconnaître l’ego, mais d’aller plus en profondeur et de reconnaître aussi notre émotion.

Mieux vivre ce confinement, comme, finalement toute annonce et imprévu, revient à RECONNAITRE son ego et OBSERVER son émotion.

Une fois que tu sais de quelle émotion il s’agit, il va falloir accueillir cette émotion à bras ouvert.

« Nan, mais je la reconnais et je l’accueille. Salut émotion, tu vois la porte ? Bah, vas-y ! Merci, au revoir !« 

Accueillir son émotion ne veut pas dire la camoufler, mettre un mouchoir dessus et passer à autre chose. Que nini ! Si tu procèdes de cette façon, tu vas juste remettre à plus tard ton émotion. Ce qui fait que, telle une cocotte minute, tu vas faire grossir ton émotion jusqu’à ce qu’elle explose !

Et je suis certaine qu’aujourd’hui, ce n’est pas ce que tu souhaites… Pour toi et pour ton entourage !

Accueillir son émotion, c’est prendre quelques minutes pour la ressentir. Je t’arrête tout de suite, ton ego va te dire que ça va te prendre trop de temps ! Je te rappelle que l’ego ne veut pas que tu ressentes ton émotion… Donc, vraiment, prends quelques minutes pour ressentir !

Ressentir, c’est se poser à un endroit où tu ne seras pas dérangée. Tu t’installes tranquillement, tu repenses à l’événement en question, comme ici avec l’annonce du confinement, et tu laisses venir dans ton corps l’émotion. Je t’invite juste à ressentir ce qu’il se passe dans ton corps. Est-ce que l’émotion arrive de la droite ? Ou de la gauche ? Ou directement dans ton ventre ? Est-ce que tes épaules se contractent ou ce sont les cuisses ? Est-ce que tu pleures ? OBSERVE ton émotion et laisse la faire ! Tu seras d’ailleurs surprise de la voir partir comme elle est venue !

Je t’invite ici à te focaliser sur ton corps et ne pas retenir les pensées de ton ego qui peuvent intervenir « je suis nulle », « cette situation est compliquée », « je ne vais pas y arriver », « je vais me retrouver seule »… etc... Tout cela est une somme de pensées qui viennent de ton émotion. Laisse alors passer l’émotion et tu verras que tes pensées passeront avec elle !

Vivre mieux son confinement

Vivre mieux son confinement passe automatiquement par le processus que je suis en train de te livrer et, comme je te l’ai dit, tu peux adapter ce procédé à chacune des annonces/imprévus de ta vie.

Une fois que tu as accueilli ton émotion, tu vas avoir les idées beaucoup plus clair. Afin de te focaliser sur quelque chose de bien plus productif pour toi, je t’invite à répondre à cette question :

Comment je peux faire pour que cela se passe le mieux possible pour moi ?

Cette question positive te permet de laisser ton cerveau chercher des solutions pour ton bonheur. Laisse-le brainstormer sur la recherche d’un potentiel bonheur pour toi. Laisse-le te trouver des solutions positives pour mieux-vivre la situation.

« C’est pas si facile ! » J’aime lorsque ton ego dit cela. Ce n’est pas si facile de trouver quelque chose de positif à faire, mais c’est facile d’avoir 1 million de pensées négatives ? C’est la même chose en réalité… Si tu as des pensées négatives, tu peux tout aussi bien avoir des pensées positives auxquelles accorder un peu de temps !

C’est juste orienter ton regard vers une plante en fleur plutôt que vers une plante fanée. Les 2 font partie de la vie, mais il est bon de savoir sur quoi tu veux porter ton regard désormais ! Et ça… C’est un choix !

N’est-il pas préférable de porter son attention sur une solution qui nous fera du bien ? Les 2 font partie de la vie, mais il est bon de savoir sur quoi tu veux porter ton regard désormais ! C’est ce que je te lance comme défi aujourd’hui : Que vas-tu faire pour que ce confinement se passe formidablement bien pour toi ?

Le pouvoir des pensées créatrices

Afin de mieux-vivre ton confinement et, tout simplement ta vie en général, je t’invite à prendre part au pouvoir de la pensée créatrice. Il s’agit en fait de t’imaginer créer quelque chose de positif dans ta vie.

Comme je te le disais précédemment, tu peux commencer à laisser ton cerveau te trouver une solution pour mieux-vivre la situation. En trouvant cette solution, je t’invite à visualiser pour toi ce qu’il se passerait.

Imagine… Ton cerveau te donne l’idée que ton confinement va incroyablement bien se dérouler. Tu vas avoir plus de temps dès ton lever. En effet, tu vas mettre ton réveil un peu plus tard, te lever et prendre ton petit-déjeuner en toute sérénité. Tu vas mettre un peu de musique ou écouter un podcast inspirant.

Et puis, tu vas organiser ta journée avec des activités imposées (travail) et des formules détentes (netflix, méditation, respiration, cuisine, sport…) et tu souris en regardant cette nouvelle organisation qui va te remplir de bonheur et de joie.

Imagine ton quotidien en confinement comme une bénédiction !

Et imagine-le, le plus souvent possible afin de bien enregistrer dans ton cerveau ce chemin neuronal puissant ! Tu peux vivre ça dès maintenant ! Laisse la magie infuser en toi !

Es-tu prête à vivre ça ?