fbpx

As-tu déjà ressenti de la jalousie envers ton conjoint ? 

J’ai de nombreuses femmes qui m’ont contacté à ce sujet et je souhaitais approfondir dans le sens où tu te sens jalouse vis-à-vis de ton conjoint. En fait, elles se sentent tellement mal dans cette relation, qu’elles savent que ça ne peut pas continuer ainsi. En fait, elles ont conscience qu’elles se pourrissent la vie et que tout vient d’elles. Bien souvent, avec ce comportement, leur couple se ternit et, inévitablement, elles finissent par vivre une séparation…

Si tu es comme ça et que tu ne veux pas en arriver là, j’ai la solution pour toi !

Aujourd’hui, tu vas apprendre :

– Connaitre la jalousie

– Ne plus répondre à la jalousie

– Etre sereine dans ton couple et ta relation

C’est parti pour changer ta vie !

La jalousie, c'est quoi ?

Voici la définition trouvée sur le site : Définition jalousie: jalousie définition psychologie – Savoir.fr

« La jalousie ou l’envie est un mal aise ou une gène ressentie quand on constate ou qu’on imagine la joie que peut ressentir une autre personne et pas vous. On peut être jaloux de quelqu’un parce qu’il possède une maison, un conjoint plus beau ou parce que ceci mène la belle vie et n’a en apparence aucun problème . »

Ici, j’ai envie d’exploiter la jalousie dans le sens où, tu sens que l’autre va partir avec une autre personne. 

Il est bon de comprendre que c’est la blessure de trahison qui agit ici car tu as véritablement peur de la séparation et tu agis dans une notion de contrôle. tu contrôle le comportement de l’autre pour ne pas vivre la séparation et donc, l’abandon.

On m’a déjà dit : « je ne peux pas m’en empêcher », lorsque tu as un comportement délétère. Par exemple : tu empêches ton conjoint de sortir ou alors tu le fliques dès qu’il sort… C’est compliqué pour toi et difficile à vivre. 

Ce qu’il  faut comprendre derrière ça, c’est que ton schéma a été mis en place pour te protéger et c’est ton cerveau reptilien, qui te fait réagir de manière incontrôlable.

Bonne nouvelle, néanmoins, tu peux changer ! (ouf!) C’est ce que nous allons voir dans cet article.

1. Accepter la jalousie

La première étape décisive va être d’accepter l’émotion de jalousie. En fait, nous ne voulons pas la voir et nous survolons l’émotion. Nous passons directement à l’action sans réellement prendre conscience de ce qu’il se passe à l’intérieur de nous.

Pourquoi nous faisons ça ?

Déjà, nous n’avons pas appris, dans notre éducation collective, à vivre une émotion. As-tu déjà entendu tes parents dire : « ne pleure pas ! », « arrête ton caprice » etc… En réalité, nous avons juste appris à taire l’émotion, à ne pas la montrer car, lorsque nous avions une émotion, nous étions bien souvent jugé pour avoir cette émotion : « tu n’es plus un bébé », « ce n’est pas bien de faire ça », « les gentilles filles ne font pas de caprices ».

Si toi aussi, tu as vécu cela, alors dis-toi bien que, ce n’est pas de ta faute si aujourd’hui, tu ne sais pas « gérer » ou plutôt accueillir ton émotion… C’est normal !

Alors comment accepter tous ces comportements ?

En fait, je ne te demande pas d’accepter tes comportements car nous allons envisager de les modifier afin que tu puisses vivre les choses beaucoup plus sereinement. Un comportement nait de ton émotion et, aussi, de tes pensées… Ce n’est qu’une répercussion.

Dans un premier temps, identifie l’émotion de jalousie dans ton corps :

– par ou arrive-t-elle dans ton corps ? Est-ce que ça bouge ? Est-ce douloureux ?

– Est-ce qu’il y a une couleur dominante ? 

– Est-ce que ça se diffuse ou ça reste compact ?

Analyse ton émotion, comment elle arrive, comment elle s’en va. Prend, véritablement le temps pour la connaître et savoir quand tu as ce ressenti.

NB : dans Académie, je te livre des exercices pertinents pour accueillir les émotions au son de ma voix. C’est parfois tellement libérateur de se laisser guider quand on ressent une émotion.

Ensuite, nous pourrons passer à l’étape 2 !

2. Le scénario catastrophe

Alors ça y’est, tu as reconnu ton émotion ? Ok, je t’invite donc à poursuivre avec moi.

Je ne sais pas si tu as déjà remarqué, mais notre ego a cette capacité fantastique de nous amener à créer des scénarios catastrophes.

On commence à penser que l’autre pourrait nous tromper qu’on l’imagine en train de sortir avec une nana en douce, puis de coucher avec elle, puis se moquer de nous, puis de nous quitter, puis d’avoir des enfants avec elle, puis qu’on les croisera dans la rue pour bien nous rappeler que nous avons échouer et que nous sommes seules !

Il y a même des scénarios tellement terrifiants que nous finissons par une fin du monde inévitable. Hier, j’étais avec une coachée qui me disait imaginer que son ex pourrait recontacter ses parents pour ensuite parler en mal d’elle et que toute sa famille pourrait lui tourner le dos.

L’ego est terrifiant et nous ne voulons pas aller dans ses scénarios et pourtant, ils sont là ! Il se déroulent devant tes yeux et tu les réfutes… encore et encore… Mais rien n’y fait, ils reviennent.

Là encore, il va falloir faire face à ses scénarios catastrophes et les vivre pleinement. Cela demande de te prendre du temps afin de voir où ton ego veut t’emmener et de voir les choses comme sur un écran de cinéma. C’est un exercice de PNL que je pratique en coaching individuel.

Assieds-toi et laisse le scénario arriver. Ici, nous allons prendre celui où ton conjoint te trompe. Que vois-tu ? Où ton ego a-t-il envie de t’emmener voyager ? Aie conscience que ce sont des images fictives mentales et que, cela ne se joue pas en réalité. Laisse venir les images et vois ce qu’il y a à voir.

En faisant cet exercice, tu montres à ton ego, à ton cerveau reptilien aussi, qu’il n’y a pas de danger et même que, tu serais en capacité d’affronter cette situation si elle venait à se produire. Tu commencerais d’ailleurs à imaginer des portes de sortie, des scénarios que tu aurais envie de voir se réaliser si la situation venait à se produire. Et, au fur et à mesure du temps, tu reprendrais ta puissance personnelle. 

Je t’invite à pratiquer cette exercice aussi souvent que ton cerveau t’emmènera sur des scénarios catastrophes afin de voir ce qu’il a à te dire. Il y a toujours quelque chose en en apprendre POSITIVEMENT. Et si tu n’y arrives pas encore, soit indulgente envers toi-même. il va être important de pratiquer l’étape suivante.

3. Avoir confiance en soi

Alors, bien souvent, nous oublions cette étape qui est pourtant PRIMORDIALE au fait de devenir une autre personne.

Le message derrière la blessure de trahison est : le manque de confiance en soi !

Nous avons vu que tu pensais ne pas être capable de gérer la jalousie et pourtant, avec les 2 exercices précédents, tu peux te rendre compte que c’est totalement faux ! Au contraire, tu gères comme une femme puissante que tu es au fond de toi !

Seulement, n’oublie pas que le plus grand message derrière cela, c’est bel et bien que tu manques de confiance en toi et donc, que tu ne t’accordes pas assez d’amour !

Là encore, on va en revenir sur le fait que tu n’as pas appris à le faire et c’est bien naturel… Tu es en pleine évolution : BRAVO A TOI

Alors, je t’invite à remarquer que, si tu as pratiqué les 2 exercices précédents pour vaincre la jalousie, tu as agi avec une confiance que tu pouvais y arriver. C’est facile. Tu peux le faire ! Et tu l’as fait ! wahou ! Félicite-toi de mettre en place ce changement.

Ensuite, demande-toi quels étaient, dans ta vie, les moments où tu avais confiance en toi, suffisamment pour réaliser des actions. Cela peut être de petites choses comme de grandes choses : l’obtention d’un diplôme, le permis de conduire, le fait de se mettre en couple… etc

Bien souvent, on me dit : « ouai alors, j’ai eu le permis mais pour autant, je n’avais pas confiance sur le fait de l’avoir, je tremblais comme une feuille, j’avais peur… » En fait, on assimile la confiance à l’émotion de peur. Hors la confiance, tu l’as eu quand tu t’es inscrite au permis de conduire. Même, si, ce n’est pas toi qui t’es inscrite. Elle était à ce moment-là, au delà de la peur !

La confiance est née quand tu as poussé tes 1ers cris et que l’on t’a donné à manger. Tu ne t’en souviens pas, mais tu avais confiance en tes parents pour qu’ils comprennent le message : « j’ai besoin de… ». Ta confiance, elle était présente lors de tes 1ers pas, quand tu pensais que tu allais atteindre le canapé. Tu es peut-être tombée plusieurs fois, mais tu le savais, tu allais y arriver, au delà de la peur !

La confiance était là quand tu as commencé à mettre tes chaussures toute seule. tu l’as fait parce que tu en avais envie. tu savais que tu pouvais y arriver, tu voulais apprendre !

La confiance était là quand tu es allée à l’anniversaire de ta copine. Tu avais peur mais tu y es allée, parce que c’était fun !

Je continue ? Je t’invite a déceler la confiance car malgré la peur, la confiance était là ! Tu as confiance en toi et tu es capable d’accomplir tellement de choses !

Tu avais juste oublié… Je t’invite à enlevé le bandeau de peur et à te répéter, à chaque instant : j’ai confiance en moi parce qu’aujourd’hui, j’ai accomplis de grandes choses !

Se remplir de confiance, c’est se remplir d’amour de soi. C’est remarquer tout ce que nous avons accomplis jusque-là et tout ce que nous accomplissons tous les jours. Etre fière de soi permet de se sentir puissante au quotidien.

Chaque jour marque l’ouverture de ton être dans ce monde qui te met à l’épreuve. Toutes les expériences que tu es en train de vivre sont présentes pour te guider sur le chemin de l’épanouissement. Oui, tu vas ressentir des émotions que tu jugeras de négatives, mais garde en vue que tu ressens ! Tu es vivante ! Et nous sommes un florilège d’émotions dans une journée.

Quelle émotion as-tu envie de conserver de ta journée ? De quoi es-tu la plus fière aujourd’hui ?

Il ne tient qu’à toi de remplir ta vie de moments positifs.